aspiration vs ambition

Je comptais revenir avec la nouvelle réalité de gestion qui accompagne les Y dès aujourd’hui, et je le ferai après ce détour. Les échanges joufflus que le sujet a invités, m’ont menée à certaines observations qui méritent le partage, je crois. L’une d’elle se résume en deux mots : aspiration vs ambition. Je vous laisse deviner qui de X et qui de Y, se mérite quelle étiquette. Chose certaine, ça peut bien s’opposer dès l’entrée.

Ces mots ne viennent pas de moi, mais de mon ami Philippe avec qui j’ai eu une discussion corsée au sujet des X, des Y, du boulot, etc. Entre deux curves, il m’a partagé son point de vue éclairant, malgré que sombre, sur son parcours professionnel. Ça rejoint dramatiquement les nombreux X que j’ai rencontrés en entrevue au cours des dernières années. Une espèce de pessimisme post-boomer a marqué notre entrée sur le marché du travail. Il s’est vite transformé en cynisme résigné pour un grand nombre. Les plus déterminés, de leur côté, se sont jetés à bras raccourcis dans l’ambition.

Quand l’avenir de l’emploi est déprimant, quand on se fait répéter que tout ce qui était à faire socialement a été fait par nos prédécesseurs, qui en passant, sont pas près de partir, je pense que de se refermer sur soi par défense, ça se peut. Je pense aussi que de se dire je fonce sans trop tenir compte des autres, collègues ou patrons, ça se peut aussi.

Je suis tombée sur une perle radio-canadienne en naviguant sur les internets. C’est de janvier 1986 et on a l’impression que ça vient des années 60 (sourire et soupir). En passant, portez attention en début d’entrevue, le sociologue Fernand Dumont nous rassure en nous disant que les ordinateurs à la maison ne sont que de passage « comme pour bien d’autres gadgets ». Suave. Ça se veut une belle mise en contexte de notre entrée dans le prometteur monde du travail.

Alors, pour ceux qui n’y étaient pas, ou pour ceux qui, comme moi, étaient trop occupés à avoir du fun pour écouter une entrevue radio dont le titre était : Une génération perdue ? On clique ici.

Pas surprenant que certains X roulent des yeux en vous voyant arriver, vous là, les Y allumés. Vous devez certainement passer pour des jovialistes déconnectés par moment. Vos aspirations encore vierges, votre idéalisme et ces valeurs interplanétaires qui-se-foutent-un-peu-du-comment-le-beurre-se-paiera, croisent une génération qui ne l’a pas eu rose.

Cela dit, je vois de l’espoir. Bien que je me sois beaucoup penchée sur les différences, on sait bien que celles-ci peuvent aussi être source de complément, si on s’attarde. Autrement dit, on peut sûrement faire en sorte que l’aspiration et l’ambition travaillent de pairs. Et ce se serait drôlement payant. Pour bien du monde. Vous pensez pas ??

Laisser un commentaire