Boss ou leader

Boss ou leader, c’est quoi la différence ?
Le leader, on le choisit.

Le leadership me fascine, tout autant que la passion et le bien-être, dans le cadre professionnel. Ces notions occupent mon esprit tout le temps et d’aussi loin que je me rappelle. Depuis quelques jours, le leadership reçoit beaucoup de mon attention. Avec les événements qui accablent Haïti, j’ai pas pu m’empêcher d’observer le comportement des gens au fil des médias sociaux.

Une des choses que j’aime avec le leadership, c’est que ce si noble terme se définisse avec une simplicité désarmante. Les leaders sont ces gens qui savent inspirer les autres à participer. That’s it! Tout le monde a un rôle décisionnel dans ce concept. D’abord le leader, qui a choisi à un moment ou l’autre de se développer davantage. Dans le même élan, il a clarifié sa vision et bien ancré sa motivation pour ainsi diffuser une force qui le démarquera des autres. Les autres en question choisiront de le suivre. Ou pas. La décision finale leur revient.

Le boss lui, la majorité du temps on ne le choisit pas. On ne le suit pas lui nécessairement, on suit ses directives. S’il est aspirant leader, il devra faire ce qu’il faut et ensuite voir si ça colle avec son entourage. Et, si par hasard on l’entend dire cette phrase avec un ton exaspéré : « J’suis donc tanné qu’on respecte pas mon leadership ! » C’est clair que ça n’a pas collé!

La bonne nouvelle est que le leadership est accessible à qui le veut bien. La moins bonne, c’est que ça ne dépend pas que de vous au final.

Chose certaine, si vous vous décidez enfin, y’a de la place en masse pour prendre le relais !

Laisser un commentaire

2 Réponses sur “Boss ou leader”

  1. Virginie dit :

    Est-ce qu'on peut dire que le boss rêve d'être heureux, alors que le leader rêve d'une vie intéressante ? Je fais un gros pont ici après avoir découvert et lu Penelope Trunk. Merci pour le lien!

  2. NatBertrand dit :

    Selon moi, inspirer n'a pas la même fonction que diriger. Pour certains, le bonheur réside dans le premier, pour d'autres, dans le second. Je lis Penelope parce qu'elle est inspirante et que je ne suis pas toujours en ligne avec ses opinions arrêtées. Elle m'inspire, mais elle pourrait jamais me diriger!