Employé du mois

Mon père, Hermann de son prénom, était celui qui liait notre famille, la nucléaire et l’élargie. Homme de peu de mots, il écoutait, observait, jonglait sans arrêt. Quand il ouvrait finalement la bouche, c’était souvent pour nous faire voir un truc qui nous avait échappé. Habituellement l’essentiel.

Loin d’être un leader classique ou un visionnaire, il était de ces forces tranquilles, dotées d’une écoute pertinente et d’un intérêt sincère pour l’Humain. C’était un homme fiable, loyal et intègre. Un père sévère, mais juste.

Issu d’une famille très pauvre, il n’a même pas fini son primaire, afin de soutenir les siens. Il s’est éduqué en écoutant la radio de Radio-Canada, alors qu’il conduisait illégalement des camions – haut de ses 6 pieds atteints à l’âge de 13 ans – pour la base militaire de Valcartier. Incapable de soumission, il ne s’est jamais enrôlé.

Systématiquement, on se tournait vers lui en quête de conseils. Pendant des années, j’ai vu défiler les gens du quartier avec leurs multiples questions. Plomberie, rénos, enjeux matrimoniaux ou d’éducation, casse-tête professionnels, tous les sujets y passaient. On lui faisait confiance. Il savait entendre et guider.

Je pense que chaque organisation devrait avoir au moins un, Hermann. À l’époque, chez Cossette, il s’appelait Léo. Chacune en emploie probablement déjà un, occupant un poste ou un autre. Toutefois, je ne suis pas convaincue qu’on lui accorde la valeur qui lui revienne.

Peu flamboyantes, pas assez extraverties ou agressives, les forces tranquilles passent souvent sous nos radars. Et pourtant…

Et pourtant, ceux qui savent observer, ceux qui sont plus humains que nature, qui font preuve de grand discernement parce que la brume de leur ego n’envahit pas leurs lunettes, peuvent être de solides alliés en matière de gestion. Ils le sont souvent déjà, à notre insu.

À vous d’identifier le membre de votre équipe, ou le collègue, qui mériterait de se faire décerner le titre d’employé du mois. Ou mieux encore, à qui vous devriez reconnaître les qualités et la place de « sage » de la maison.

+++

En extra:

Et quand ce genre de profil introverti devient patron : Are you an introverted boss?

Laisser un commentaire

6 Réponses sur “Employé du mois”

  1. À une autre mesure mais dans le même esprit, il y avait Yves SImard chez Cossette. Sans titre, ni bureau flamboyant, pendant que le DC officiel discourait, golfait et souriait, lui, il recevait un an à un les créatifs en quête du commentaire éclaireur.

    En pub, notre milieu où l’excès est encore reconnu, les forces tranquilles sont plus rares. Mais si le milieu se « calme », peut-être que ce genre de leader pourront se répandre.

    Merci pour ton billet.

  2. Suzanne dit :

    Nathalie

    Que vous l’écrivez bien. Et que vous la décrivez bien. La personne douée dans toute sa splendeur.

    Merci

  3. Nathalie Bertrand dit :

    :: Merci à tous les deux!
    @Martin: le milieu est surexcité parce qu’il ne reconnait pas les « sages » ou les « sages » ne sont pas reconnus parce que le milieu est surexcité?

  4. Sans mettre de cause et d’effet, le milieu se calmant, les sages ressortiront. Mais oui, je crois que l’homme qui court ne voit pas la fleur pousser. 🙂

  5. Quel beau billet…

    J’reconnais mon père ici.

    Et je me plaîs à penser que je deviens comme lui avec l’âge à mesure que ce superbe commentaire m’est envoyé de plus en plus souvent: « Tu parles comme ton père. » 🙂

    J’assume être de la vieille école en terme de personalité… Celle qui date de l’époque ou « personal branding » n’existait pas. 😛

    Merci pour ce texte. Il fini ma semaine en beauté. 😉

  6. Nathalie Bertrand dit :

    Merci Jordan! C’est gentil. Et tant mieux si la sagesse te gagne déjà! 😉