Employés qui roulent

Connaissez-vous le taux de roulement d’employés de votre organisation ? Les dirigeants à qui je pose la question me répondent pas mal toujours la même chose : “Je sais pas. Mais, me semble qu’il devrait être pas mal plus bas”. Il n’y a pas vraiment de bonne réponse à cette question. À chacun son niveau de tolérance.

Je connais des boîtes qui ont toujours roulé avec des taux de plus de 50 % et qui s’en accommodent, même si la moyenne pour l’industrie tourne autour de 38 %. Pour certains, c’est ça le rythme. Le même que celui d’une campagne, comme un reflet de la volatilité de leurs clients.

Cela dit, les coûts engendrés par ce jeu de porte-tournante varient de 50 à 100% du salaire en lien avec le poste laissé vacant. Tout dépend des responsabilités assumées par le talent sortant, ainsi que de la relation qu’il entretenait avec ses clients. Sans compter le possible effet ricochet sur les collègues.
Et les coûts augmentent dramatiquement quand on manque de temps pour bien mener la démarche d’embauche. Sans parler des frais si on utilise les services d’un chasseur de têtes.
Le taux de roulement de votre organisation, il vous dit quoi ?
Si vous avez envie de vous pencher sur la question, passez ici.

Laisser un commentaire