LE temps over le timing

Timing is everything” : le timing est tout. C’est beaucoup tout, me semble. L’expression implique que certains événements doivent être au rendez-vous pour qu’on agisse. On ne sait pas trop comment ni combien, mais ça viendra pas de nous en tout cas.

Quand je regarde les gens tarder, parfois à l’infini, à prendre des décisions importantes, voire essentielles à leur mieux-être, qu’ils expliquent en quoi le timing n’est pas bon : “même si j’le sais que ce serait la meilleure chose pour moi !” peux pas m’empêcher de trouver la notion de timing nuisible. Encore plus lorsqu’elle sert d’excuse déguisée.

Pas le bon moment pour changer de job, pour dire à son patron que son approche ne convient pas, pour annoncer à un employé qu’il n’aura pas sa promotion ou son augmentation. Pas le bon moment pour lancer son projet, écrire un blogue, quitter son conjoint, mettre à pied un employé. Says who donc ?

Si j’avais été à la remorque du timing, garanti que j’aurais pas eu d’enfants. J’aurais jamais changé de job et je serais loin d’être à mon compte aujourd’hui. Je serais fumeuse, pas yogi, ni apprentie joggueuse.

La loi du timing repose sur le pouvoir qu’on donne aux gens, aux conditions et/ou aux événements, de décider à notre place. C’est l’inverse de s’écouter et de prendre du temps pour se comprendre, pour sentir qu’il est temps. Pas évaluer si le moment est bon ou mauvais, reconnaître LE temps. C’est aussi là où l’intuition et le gros bon sens prennent le dessus sur notre aptitude à faire des plans et à calculer.

Inutile de vous dire que je suis une partisane du temps over le timing. Sur ce, je m’enligne sur mes vacances. Définitivement LE temps que j’en prenne ! Pour ce qui est du timing

Laisser un commentaire

6 Réponses sur “LE temps over le timing”

  1. Magali dit :

    Mon billet préféré de toi à vie!
    C’est tellement une réflexion juste et importante.
    Il était temps que quelqu’un en parle!
    Bonnes vacances dear.

  2. Loïc Nunez dit :

    Cela me fait penser aux concepts de Responsabilité, d’Attraction et de Création. Ils sont tous abordés dans le livre d’Annie Marquier : Le pouvoir de choisir. Je le recommande vivement. C’est même une bonne lecture pour les vacances !,
    Merci Nathalie pour ce billet 😉

  3. Nathalie Bertrand dit :

    Magali, venant de toi, oh fan de mon blogue, c’est big.
    merci de partager ça fait grand plaisir à lire!

    merci Loïc, c’est gentil. pas certaine que j’aurai du temps pour la lecture en vacances. mais si jamais, c’est l’ayurveda qui alimentera mes neurones. mettons que j’en connais moins là-dessus que sur la notion de responsabilité.

  4. valérie dit :

    Nathalie, ce billet arrive parfaitement à temps et au bon moment pour moi. Merci

  5. Nathalie Bertrand dit :

    avec plaisir Valérie!

  6. « C’est aussi là où l’intuition et le gros bon sens prennent le dessus sur notre aptitude à faire des plans et à calculer. »

    C’est la phrase importante… Beaucoup de gens mélangent « spontanéité » ou « impulsivité » avec la notion de « timing ».

    Cesser la procrastination ne veut pas dire de devenir « bipolaire » et d’aller au gré de nos envies non plus. 😉

    Avant de quitter un job, il faut se préparer un peu. Avant de dire à un employé qu’il n’aura pas sa promotion, il faut trouver le bon angle quand même. Ça demeure des moments délicats.

    Le gros bon sens ici sert de déclancheur. Quand il trouve que notre plan se tient bien, il faut foncer.

    Un prof de design me disait, le jour où j’essayais de placer deux éléments de façon bien égal: « Laisse tomber ta règle un peu… Si c’est correct à ton oeil, ça le sera pour pas mal tous les yeux qui regarderons. Tu pourras passer à autre chose plus rapidement ».

    Un peu de la même façon, si la préparation semble correct, elle le sera aux yeux de pas mal tout le monde. Une fois à cette étape, peu importe le timing, c’est le temps d’agir! 😛