Pour chaque talent

Tout le monde est talentueux. TOUT-le-monde.
Et chaque talent a son auditoire.

Pas toujours évident de s’y retrouver par contre. Il faut être à l’écoute et sur le qui-vive. Et en plus, il est parfois inquiétant d’assumer ce qu’on s’est découvert au fil de la vie. L’essai erreur est définitivement permis. Ce que la génération Y est d’ailleurs très habile à pratiquer, un an par ici, six mois par là. Why not.

Cela dit, parfois je me demande si un rythme aussi rapide risque de brouiller leurs pistes davantage que de les alimenter dans leur recherche. Parce qu’il me semble que, pour identifier son talent, on doive expérimenter une constance et un certain ancrage. Je m’interroge ici. Vous avez une opinion à ce sujet ?

En ce qui a trait à ma génération, les X dont je parle ici, ce que j’ai constaté au fil des années, touche davantage la difficulté à pleinement assumer son talent. J’ai croisé tant d’artistes, pour ne parler que d’eux, qui ont mis de côté leur art, parce qu’emprisonnés par la croyance que d’en vivre était impossible. Du moins en vivre selon les critères dictés par leur éducation ou leurs ambitions. Bon nombre de ces mêmes personnes, la quarantaine à leur porte, se demandent maintenant comment trouver une flamme. Professionnelle.

En début, moitié, ou même trois-quart de carrière, pas trop tard pour savoir ce qu’on veut et sur quel talent on a vraiment envie de surfer. Qu’on possède un talent pour naviguer en milieu corporatif, il y a un auditoire qui correspond, une organisation qui nous va. Si l’aptitude à l’indépendance domine, peut-être est-il temps de choisir ses propres clients. Ceux avec qui il sera possible de grandir. Si le talent artistique l’emporte, que ce soit en arts appliqués, de la scène, en écriture, pourquoi ne pas vérifier s’il serait bon d’en vivre ?

Peu importe la voie, pour chaque talent qu’on se découvre et qu’on assume, il se trouve un endroit pour l’exprimer. Un auditoire pour l’apprécier.
N’est-ce pas que la vie est belle ?

Laisser un commentaire

4 Réponses sur “Pour chaque talent”

  1. David dit :

    Salut Nat,

    J'adore ton point, et surtout la notion de constance. Je suis musicien et depuis longtemps j'aimerais lancer mon propre album, mais au vu et su de tous l'industrie n'est guère facile.

    Mais comment le savoir si on s'arrête à ce statu quo? Je dirais même, un "statu quoi?" — parce l'inconnu et le doute nous garde souvent dans l'immobilité.

    Mais avec un horaire ou une discipline qui me permettrait d'au moins passer ne soit-ce qu'une heure à composer et m'enregistrer, je crois qu'au bout de quelques mois j'aurais un bon démo. Pas grave si c'est plus long, ce n'est pas la durée de l'aventure qui importe mais le désir de s'aventurer…et la persistence qu'on met dans l'aventure.

    Pour ajouter à ta pensée, je te propose un article récent sur Mojob, « Commencez à devenir un maitre (de ce que vous faites) maintenant: http://blog.mojob.ca/2010/05/12/5-%E2%80%94-commencez-a-devenir-un-maitre-maintenant/

  2. Miss D dit :

    hum…
    Je surf pas mal ces temps ci! La constance est difficile à garder…
    J'aime explorer et je crois que la lutte,le chemin, l'audace et l'incertitude me plaisent plus que la finalité…
    Quand je réussi à faire taire mon "syndrome de l'imposteur" je regarde ma vie, souriante et ravie, me sachant bien vivante 😉

  3. Nathalie Bertrand dit :

    @David : le talent, selon moi, est quelque chose que l'on possède et qu'on doit découvrir. devenir maître est le résultat d'une pratique assidue, que ce soit à partir d'un talent qu'on a "inné" ou d'un autre qu'on développe. either way, good luck with your music. tu vas y parvenir, j'ai aucun doute.
    @MissD : peut-être que ta constance est simplement dans ta capacité d'explorer ? ou encore n'as-tu pas encore trouvé ce qui te fera vibrer pendant longtemps. tu as bien raison, le chemin compte plus que la destination.

  4. David dit :

    Re-bonjour Nat! 🙂

    Je ne crois pas qu'on possède de talents "innés". N'importe qui peut parvenir à une grande maîtrise de quoi que ce soit, à partir de n'importe quel moment de sa vie. L'important d'après moi n'est pas le talent, mais la puissance de l'intérêt qu'on a et qu'on veut développer pour une discipline. Le reste comme tu le dis et je le partage, ne vient que de pratique et de persistance. Mais l'important, c'est de retenir qu'on peut déjà commencer à vouloir devenir un maître un jour, dès aujourd'hui…