Prise de références

La prise de références est un incontournable. Certains résistent, argumentant le manque de temps. Ou ils prétendent qu’ils savent ce qu’ils font. Bien sûr que vous savez ce que vous faites; on est toujours convaincu quand a un coup de coeur.

Mais…Peut-être par esprit de contradiction, et surtout parce que l’expérience me l’a maintes fois confirmé, quand on résiste à approfondir, c’est justement qu’il faut procéder. Tant mieux si tout ce qui a été identifié se confirme. Et tant mieux si ça permet d’éviter une mauvaise embauche. Ce qui coûte toujours très cher en argent et en stress, on le sait trop bien.

L’idée n’est pas de tout remettre en question. On vise simplement à rationaliser et recueillir quelques infos qui contribueront à connaître la ou le futur, sous d’autres angles. Ce qui facilitera son intégration au poste en plus.


Autre avantage qu’offre l’exercice, il ramène à la description du poste. Inconsciemment, quand on a un coup de foudre, certaines concessions s’installent et on peut perdre de vue des éléments essentiels.

On liste donc les incontournables ainsi que quelques valeurs d’entreprise et on demande ensuite à 4 ou 5 personnes de l’entourage du candidat -préalablement identifié par ce dernier- d’évaluer ces critères. La prise de références doit se faire de manière systématique, presque rapidement. Pas de blabla de mise en contexte, ça dilue le focus.

À cette étape, il est toujours intéressant d’observer la réaction des candidats. Écoutez, ça révèle des choses pertinentes. Le parano, l’arrogant, le défensif, celui qui raconte l’histoire de sa relation avec chacun des noms qu’il donne, etc. Les commentaires, les réactions, les questions, sont toutes des informations qui aident à mieux connaître le shortlisté.

Pour certains, la vraie sélection débute ici, une fois qu’ils se sentent choisis. Ils deviennent plus vrais et confirment qu’ils sont un naturel pour le poste et l’organisation. Chez d’autres, le stress, l’insécurité, les réactions aux longueurs du processus auront des effets néfastes.

La négociation aussi est un moment révélateur. Bien sûr, ils vivent une période unique. Une fois embauché, on ne revit pas ça à répétition.

Par contre, des épisodes d’insécurité, d’impatience, de stress varié, ça, y’en aura bien d’autres!

Laisser un commentaire