Références inversées

Les références inversées s’inscrivent dans un contexte d’embauche, tout comme les références traditionnelles, dont j’ai parlées juste ici. Toutefois, le rôle de l’enquêteur y est joué par un candidat dont l’ambition est de mieux comprendre à qui il a affaire. Avant la signature du contrat, ou avant même de débuter le processus d’entrevue.

Chaque organisation a sa réputation, ses règles, ses valeurs, son moteur. La plupart du temps, ceux-ci collent très bien au principal dirigeant. D’ailleurs, plus on est proche du grand boss, plus la notion de compatibilité est importante. Même cas de nécessité quand l’entreprise est toute petite.

Pourquoi est-il mieux de prendre ces références en plus des longs échanges pré-embauche ? Parce que, quand on est emballé, notre sens critique peut être atteint. De plus, un bon vendeur vend: bien des gens savent deviner ce que le candidat veut entendre, flatter l’ego, biaiser les données internes et de ventes, etc. C’est l’art de la séduction. Le même art utilisé par le candidat pour obtenir un poste.

Au-delà de la séduction, il est un incontournable fait, la plupart des gens ont du mal à se voir tels qu’ils sont. Ceux qui les entourent par contre…

Pour procéder, il suffit d’une liste de mots clés, importants à ses yeux, résumant ce qui nous importe professionnellement et personnellement. Des mots pour l’organisation en général et quelques-uns pour le gestionnaire qui courtise. Personnellement, si j’avais à faire cette démarche, je prioriserais: transparence, créativité, ouverture, humanité, fun, confiance, liberté.

L’étape d’évaluation de ces points devrait débuter auprès de la personne avec qui la démarche est en cours. Que ce soit le recruteur, le directeur ou le président lui-même. Simplement et directement. Autres sources: un ancien employé, un employé actuel, un fournisseur, un client. Ça prend 5 minutes par interlocuteur quand on s’en tient à faire noter ses critères.

Cet exercice s’applique au transit professionnel. Mais, quand on y pense un peu, il pourrait tout aussi bien être utilisé au moment du développement des affaires ou lors de la recherche d’un fournisseur. Why not?

+++
MàJ
En extra :

Une très intéressante liste de points pour guider la prise de références inversées : Is your future boss horrible ?

Laisser un commentaire

2 Réponses sur “Références inversées”

  1. seb Riv dit :

    Gosh. J'ai l'impression de lire mon histoire récente ! C'est vrai que ce référencement inversé est crucial. Parce qu'on sait ce qu'on veut (et ne veut pas) et qu'il est important de coller à la culture de l'entreprise à laquelle on adhère.

  2. NatBertrand dit :

    Voilà qui est bien dit, on doit identifier ce qu'on veut pour faire cet exercice, et trop peu de gens le savent.
    Heureuse de lire que ton choix continue de se confirmer Seb 😉