Sid Lee chez TEDx

Samedi dernier, j’ai assistĂ© aux confĂ©rences indĂ©pendantes en lien avec la superbe organisation TED. François LacoursiĂšre de chez Sid Lee Ă©tait de la liste des invitĂ©s de TEDxMcGill. TrĂšs top! L’exposĂ© de François sur les dĂ©fis de gestion des talents m’a stimulĂ© les neurones. Big time. Et comme il a partagĂ© une rĂ©flexion en cours, ça m’a donnĂ© le goĂ»t de m’en mĂȘler. Bien sĂ»r.

SidLee. Multiples bureaux, multiples disciplines, plus de 400 employĂ©s distribuĂ©s dans 4 villes, sur 2 continents, qui oeuvrent pour des clients communs, ou pas, c’est selon. Le thĂšme de François concernait l’organisation des talents au sein de cette entreprise en perpĂ©tuelle croissance, dĂ©diĂ©e Ă  l’innovation et Ă  la crĂ©ativitĂ© commercialeÂź.

Pour de nombreuses entreprises, grandir Ă©quivaut Ă  une structure alourdie ainsi qu’Ă  une hiĂ©rarchie qui s’Ă©paissit. Elles deviennent des incubateurs Ă  luttes de pouvoir et Ă  conflits d’Ă©gos, des Ă©teignoirs de la crĂ©ativitĂ© fluide. Tout porte Ă  croire que Sid Lee souhaite Ă©viter ce genre de dĂ©rapage, tout en assurant un minimum d’encadrement.

La rĂ©flexion exprimĂ©e par François Ă  TEDx a Ă©tĂ© inspirĂ©e de son histoire personnelle. Celle d’un garçon autodidacte, peu friendly avec le cadre scolaire et les structures imposĂ©es, en gĂ©nĂ©ral. Ces traits sont d’ailleurs partagĂ©s par de nombreux entrepreneurs et peuvent s’ajouter Ă  la description que j’ai fait d’eux, ici. Pour François, les autodidactes sont des improvers, devant l’Ă©ternel. Okay, devant l’Ă©ternel, ça vient de moi.

Les improvers sont des gens en quĂȘte d’amĂ©lioration continue, qui assoient celle-ci sur leurs propres intĂ©rĂȘts et leur curiositĂ© sans cesse renouvelĂ©e. Quand on est intĂ©ressĂ©, on apprend! Ici il mentionne Sugata Mitra, magnifique homme derriĂšre cette expĂ©rience rĂ©vĂ©latrice sur le « self teaching ». À Ă©couter ici.

Selon moi, la piste de François est riche. De plus, elle respecte l’essence de Sid Lee et la personnalitĂ© de ses associĂ©s gestionnaires: Ă©lĂ©ments Ă  considĂ©rer pour qu’une vision colle et se rĂ©pande. Mais comment crĂ©er une « organization for the self-organized » oĂč les « improvers » feront en sorte que les choses se rĂ©alisent organiquement, si les employĂ©s ne le sont pas TOUS par dĂ©finition ?

Je ne crois pas que self-organized signifie absence de leadership, ou de pĂŽles qui guident et dĂ©cident. Dans cet esprit, j’ai cru bon de partager Ă  François une vidĂ©o traitant du leadership dans une Ăšre oĂč tout est en mutation constante. Margaret F. Wheatly y parle d’un ordre sans le contrĂŽle, oĂč les dirigeants doivent apprendre Ă  fonctionner sans exercer leur pouvoir, sans imposer leur propres plans. Pour que ça se produise, il faut de la confiance. Selon elle, commander et contrĂŽler sont les ingrĂ©dients tout indiquĂ©s pour favoriser le chaos. Voir la jolie et pertinente vidĂ©o ici.

Je conclus en vous transmettant le statut FaceBook de François, le lendemain de sa conférence:
« TEDxMcGill 2010 : aussi intĂ©ressant Ă  Ă©couter que d’y prĂ©senter, mais en plus stressant. Et ça donne le goĂ»t de poursuivre la rĂ©flexion qui toujours est en cours. Alors, vous avez des idĂ©es ou des rĂ©fĂ©rences sur la conclusion de ma prĂ©sentation: « the role of an organization is less about organizing ressources than creating an environment for improvers to grow » ? Merci Ă  l’avance. »

Faire Ă©voluer et concrĂ©tiser le concept en Ă©changeant avec des membres de l’Ă©quipe en place, cibler les improvers Ă  l’interne pour les mettre Ă  profits dans la contamination de la culture, reconnaĂźtre et laisser de l’espace aux groupes de travail qui Ă©mergent naturellement sur des projets, recruter en visant Ă  identifier ces profils dans le marchĂ©, ont Ă©tĂ© mes premiers flash.

MĂ J:
Il est maintenant possible d’accĂ©der Ă  la confĂ©rence de François. Bon visionnement!

Laisser un commentaire

4 Réponses sur “Sid Lee chez TEDx”

  1. Jean-julien dit :

    Merci Nathalie pour ce billet, je n’ai pu me rendre au TEDx et j’apprĂ©cie fortement d’avoir d’autres retours d’expĂ©riences.

    Effectivement le leadership du gestionnaire se rĂ©vĂšle dans ses capacitĂ©s Ă  motiver Ă  transcender Ă  guider. Son rĂŽle n’est pas de simplement gĂ©rer, il devient celui d’un mentor ouvert et conscient des dĂ©fis que reprĂ©sentent le travail humain collectif.

    Concernant la confiance il serait bon de dĂ©finir cette attitude en entreprise, je pense qu’elle doit ĂȘtre plus individuelle et personnelle que le fruit d’un rapport employeur/employĂ©.

    Mais comment définit-on un « improver », quels sont ses traits de caractÚres, ses compétences, son expérience ?

    – une attitude rĂ©solument ouverte d’esprit mais pour vrai un touche Ă  tout, un vagabond de l’expĂ©rience humaine
    – des expertises multiples qui tĂ©moignent d’une curiositĂ© maladive
    – de l’empathie en masse afin de mieux diffuser son message
    – un voyageur et un idĂ©ateur pour qui chaque jour devient une nouvelle opportunitĂ©
    – un profond respect de l’autre dans ses diffĂ©rences et ses valeurs.
    -…. Ă  complĂ©ter

    J’ai la chance de travailler avec François et je ne me priverais pas de partager nos expĂ©riences sur cette approche de travail.

  2. Nathalie Bertrand dit :

    merci pour ton riche input Jean-Julien!

  3. magali dit :

    Hein… en 3 jours t’as lu le livre dont je t’ai parlĂ©!!?
    Rapide la dame.
    Je suis une « fan finie » de Margaret Wheatly : je bois ses Ă©crits et hoche de la tĂȘte Ă  toutes les pages!

  4. Nathalie Bertrand dit :

    j’ai rĂ©alisĂ© que je la connaissais dĂ©jĂ  et j’attendais une occasion pour « ploguer » cette super vidĂ©o. pas lu de livre encore, mais j’essaierais peut-ĂȘtre « Leadership and the new science », Ă  suivre…
    ps: j’ai dit Ă  François que la rĂ©f du livre venait de toi, puisque je ne l’ai pas lu moi-mĂȘme.