Y au menu

Ces jours-ci, encore une fois, on trouve les Y au menu des mĂ©dias. Moi qui observe dĂ©jĂ  une irritation envieuse de la part de ma gĂ©nĂ©ration X, ça risque pas d’aider. Trop d’attention et d’intĂ©rĂȘts envers nos cadets qui envahissent le marchĂ© du travail !

IntĂ©ressĂ©e et concernĂ©e par leur rĂ©alitĂ©, j’ai collaborĂ© au dossier sur la relĂšve paru dans le magazine InfoPresse de septembre. L’intention Ă©tait de tracer un portrait, un peu personnel, beaucoup professionnel, Ă  partir d’un entretien avec 2 Ă©chantillons Y. J’ai donc passĂ© un trĂšs agrĂ©able moment en compagnie de Nadine et Simon. Voici le rĂ©sultat : GĂ©nĂ©ration instantanĂ©e.

DĂšs mardi de cette semaine, le documentaire Y mode d’emploi, rĂ©alisĂ© par Eza Paventi, sera diffusĂ© Ă  Canal Vie. On y parlera des Y et leurs amis, leur famille, leurs amours, leur rapport au travail, etc. Des extraits juste ici.

Dans le cadre de son émission à la PremiÚre Chaßne de Radio-Canada, Michel Désautels a questionné et échangé sur le sujet avec la documentariste. On peut les entendre là.

Hugo Dumas, de La Presse, a aussi couvert le sujet. Il aborde entre autres, la notion intéressante du late blooming, qui réfÚre à un processus de maturation lent. Tendance observée chez de nombreux Y.

Mais, quand on y regarde de plus prĂšs, ladite tendance n’est pas si nouvelle, elle a tout de mĂȘme commencĂ© Ă  s’installer un peu pas mal au temps des X : Les Invincibles, ça vous dit quelque chose ?

J’ajouterais mĂȘme que, ces Tanguy auxquels Dumas fait allusion datent aussi du temps d’avant. La preuve, celui du film aurait aujourd’hui 37 ans. Le phĂ©nomĂšne est donc apparu sous la gouverne de ma gĂ©nĂ©ration.

Je me risque donc Ă  lancer qu’on n’est probablement pas si loin les uns des autres. Le contexte du marchĂ© de l’emploi et le nombre plus Ă©levĂ© des Y font varier certaines donnĂ©es importantes, j’en conviens. Mais on Ă©tait tout de mĂȘme sur une lancĂ©e similaire…non ?

Laisser un commentaire

2 Réponses sur “Y au menu”

  1. Loic Nunez dit :

    Je suis de 1975, mes 35 printemps arrivent dans une coupe de semaines…et la dynamique des x – y ne fait qu’une en moi. Est-ce justement ce croisement des gĂ©nĂ©rations, ou simplement les situations et l’erre du temps ? Un peu de tout probablement.

  2. Nathalie Bertrand dit :

    c’est certes une belle occasion de trait d’union je trouve. cela dit, ma volontĂ© est de faire ressortir les points communs et peut-ĂȘtre rappeler aux X, qu’Ă  la mi-vingtaine, ils Ă©taient diffĂ©rents de ce qu’ils sont aujourd’hui…