Y au menu

Ces jours-ci, encore une fois, on trouve les Y au menu des médias. Moi qui observe déjà une irritation envieuse de la part de ma génération X, ça risque pas d’aider. Trop d’attention et d’intérêts envers nos cadets qui envahissent le marché du travail !

Intéressée et concernée par leur réalité, j’ai collaboré au dossier sur la relève paru dans le magazine InfoPresse de septembre. L’intention était de tracer un portrait, un peu personnel, beaucoup professionnel, à partir d’un entretien avec 2 échantillons Y. J’ai donc passé un très agréable moment en compagnie de Nadine et Simon. Voici le résultat : Génération instantanée.

Dès mardi de cette semaine, le documentaire Y mode d’emploi, réalisé par Eza Paventi, sera diffusé à Canal Vie. On y parlera des Y et leurs amis, leur famille, leurs amours, leur rapport au travail, etc. Des extraits juste ici.

Dans le cadre de son émission à la Première Chaîne de Radio-Canada, Michel Désautels a questionné et échangé sur le sujet avec la documentariste. On peut les entendre .

Hugo Dumas, de La Presse, a aussi couvert le sujet. Il aborde entre autres, la notion intéressante du late blooming, qui réfère à un processus de maturation lent. Tendance observée chez de nombreux Y.

Mais, quand on y regarde de plus près, ladite tendance n’est pas si nouvelle, elle a tout de même commencé à s’installer un peu pas mal au temps des X : Les Invincibles, ça vous dit quelque chose ?

J’ajouterais même que, ces Tanguy auxquels Dumas fait allusion datent aussi du temps d’avant. La preuve, celui du film aurait aujourd’hui 37 ans. Le phénomène est donc apparu sous la gouverne de ma génération.

Je me risque donc à lancer qu’on n’est probablement pas si loin les uns des autres. Le contexte du marché de l’emploi et le nombre plus élevé des Y font varier certaines données importantes, j’en conviens. Mais on était tout de même sur une lancée similaire…non ?

Laisser un commentaire

2 Réponses sur “Y au menu”

  1. Loic Nunez dit :

    Je suis de 1975, mes 35 printemps arrivent dans une coupe de semaines…et la dynamique des x – y ne fait qu’une en moi. Est-ce justement ce croisement des générations, ou simplement les situations et l’erre du temps ? Un peu de tout probablement.

  2. Nathalie Bertrand dit :

    c’est certes une belle occasion de trait d’union je trouve. cela dit, ma volonté est de faire ressortir les points communs et peut-être rappeler aux X, qu’à la mi-vingtaine, ils étaient différents de ce qu’ils sont aujourd’hui…